Formation Sciences Po : des forces vives disponibles

Lancé en 2009 pour une période de quatre ans, le Certificat d’expertise en management de la protection sociale a, depuis, été reconduit deux fois. Marc Landais, responsable de l’Association d’employeurs, dresse le bilan de ce dispositif.

En quoi consiste le Certificat d’expertise en management de la protection sociale ?

Marc Landais : L’idée initiale de ce dispositif a été portée par le conseil d’administration de l’association d’employeurs en 2008. Il s’agissait de fournir la possibilité à des managers des groupes de protection sociale, désignés leurs dirigeants, de suivre un cursus d’un an leur permettant de mieux appréhender l’environnement de nos activités, et de la protection sociale d’une manière globale, avec une ouverture sur l’extérieur. À son origine, la formation était destinée à ce que nous pourrions appeler le « top management », c’est-à-dire aux membres des comités de direction ou comités exécutifs.

Les participants sont proposés en fonction de leur potentiel et de leur possibilité d’évolution de carrière. In fine, l’objectif est de disposer de « forces vives » disponibles au sein de notre branche professionnelle. À l’issue du premier appel d’offres en 2008, Sciences Po a remporté le marché. Le dispositif s’est enrichi au fil des années avec notamment la constitution d’un mémoire collectif dès la deuxième promotion.

Devenu une certification, le CEMPS pour « certificat en management de la protection sociale » est une véritable marque de reconnaissance, un élément important dans le parcours des participants, et est auréolé d’une sorte de label « haut de gamme ».

Après deux exercices de quatre ans, le certificat s’est renouvelé. De quelle manière ?

M. L. : Au bout de huit années, nous nous sommes interrogés sur la formation car nous avons constaté une diminution du nombre de candidats. Nos réflexions nous ont amenés à donner une coloration plus assurancielle, voire école de commerce, à son contenu. Lors de la mise en concurrence, de grandes écoles ont répondu : Essec, HEC, le Cnam et Sciences Po. C’est à nouveau Sciences Po qui a remporté le marché en proposant un programme complètement rénové bien qu’encore basé sur les fondamentaux. Le cursus dans sa nouvelle version est articulé autour de trois grandes thématiques :

  • « vision » : les séminaires sont axés sur les tendances structurelles qui impactent les groupes de protection sociale dans les domaines de la santé, des perspectives macro-économiques, de la démographie et du numérique,
  • « stratégie » : des thèmes tels que la finance d’entreprise ou la stratégie Agirc-Arrco - présentée par François-Xavier Selleret , directeur général de l’Agirc et de l’Arrco - sont abordés,
  • « leadership » : les dilemmes et défis de l’action managériale, les fonctionnements organisationnels, la négociation sont au cœur de cette troisième thématique.

Autre nouveauté de ce certificat : le déroulement de la soutenance. Par groupe de trois ou quatre, les participants doivent résoudre un cas pratique proposé par un groupe de protection sociale. Collectivement, ils doivent rendre compte au comité exécutif de leur analyse et de leurs préconisations au cours d’un grand oral.

Chiffre clé

178
C’est le nombre de participants à la formation - depuis sa création en 2009 -, issus de l’ensemble des groupes de protection sociale.

Repères

La formation dure 13 jours sur une année civile. Les séminaires ou ateliers se tiennent toutes les six semaines environ et se terminent par la soutenance devant un jury au mois de janvier de l’année suivante. La promotion 2017 a débuté en février 2017 avec 13 participants. La suivante devrait atteindre une vingtaine de participants.