Groupes de protection sociale: Les mobilités professionnelles à l’étude

En mai 2016, l’Observatoire des métiers et des qualifications (OMQ) a publié une « Étude d’éclairage technique sur les mobilités professionnelles au sein des groupes de protection sociale ». Un état des lieux qui s’inscrit dans le cadre de l’accord de branche du 30 septembre 2014 relatif à la Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Éclairages.

Les secteurs de la retraite complémentaire et de la prévoyance ont connu de nombreuses transformations au cours des dernières années:

  • des évolutions technologiques : mise en place de l’Usine Retraite, dématérialisation des flux de documents, mise en place de web services…
  • des changements sociétaux : évolution de la demande des clients, besoin accru en matière de conseils, exigence de qualité de service…
  • des facteurs économiques : accroissement de la concurrence, concentration des acteurs, optimisation des coûts…
  • des modifications réglementaires : réforme des retraites de base en 2010, accords Agirc-Arrco conclus en 2011, 2013 et 2015, etc.

Dans ce contexte, les partenaires sociaux privilégient une rationalisation des orga-nisations, la recherche d’efficience, la maîtrise des risques et une réduction des coûts de gestion au sein des groupes. Les orientations stratégiques des groupes sont revues en conséquence, se traduisant notamment par des rapprochements entre structures, des changements organisationnels et une politique RH valorisant le recrutement en interne. Anticiper la transformation des activités et des métiers devient, dès lors, fondamental. C’est tout le sens de l’accord relatif à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, conclu le 30 septembre 2014 au sein de la branche retraite complémentaire et prévoyance. Dans son article 6, il est précisé que « la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences permet d’anticiper et d’accompagner la mobilité volontaire, de mieux prendre en compte les souhaits d’évolution des salariés et de sécuriser ainsi leurs parcours professionnels ».

Une aide pour la branche

À la demande de la Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation (CPNEF), l’Observatoire des métiers et des qualifications a réalisé en 2016 une étude d’éclairage centrée sur les mobilités fonctionnelles (changement d’emploi ou de métier) et géographiques (changement de localisation géographique) au sein des groupes paritaires de protection sociale et entre structures au sein de la branche. Cette étude répond à quatre objectifs :

  • identifier les mobilités professionnelles réalisées au sein des groupes durant la période 2010-2015 ;
  • mettre en lumière les pratiques, les dispositifs et les outils de mobilité profes-sionnelle utilisés ;
  • percevoir les axes potentiels de mobilité professionnelle à privilégier à 3-5 ans;
  • émettre des propositions d’amélioration en matière de pratiques et d’outils d’accompagnement de la mobilité professionnelle.

Des outils pour encadrer et accompagner les mobilités

Les groupes déploient de nombreux dispositifs en vue d’encourager la mobilité professionnelle, d’accompagner sa réalisation et de sécuriser les salariés dans leur projet professionnel. Par exemple, certains groupes mettent en ligne, à disposition des collaborateurs, des espaces de déve-loppement professionnel qui réunissent toutes les informations utiles à leur projet d’évolution professionnelle. Chaque groupe propose une bourse de l’emploi interne et a mis en place les entretiens professionnels prévus par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. À la suite de cet entretien, si le salarié manifeste un souhait d’évolution, les ressources humaines peuvent l’aider à formaliser son projet et à le concrétiser, au cours d’un entretien de carrière/mobilité. Des mesures incitatives à la mobilité professionnelle peuvent également être proposées par les groupes (facilitation administrative, aides financières, période probatoire avec clause de retour, etc.), présentant une forme de sécurisation pour le collaborateur.

L’un des objectifs de l’accord GPEC de branche est d’encourager la conclusion d’accords d’entreprise pour développer la mobilité professionnelle. Cet accord a également prévu des dispositions destinées à faciliter les mobilités volontaires. Enfin, les différents outils de la branche (Observatoire des métiers et des quali-fications, Centre de formation et des expertises métiers, bourse de l’emploi, structure de l’accompagnement du changement et de la transformation, et plus largement de coordination des GPEC) contribuent à dynamiser et à faciliter les démarches de mobilité engagées au sein des groupes et entre les groupes.

L’intégralité de cette étude est consultable sur le site de l’Observatoire des métiers et des qualifications : obsmetiers.rcp-pro.fr