L'état de santé de la population en France

Publication du rapport 2017, par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) et Santé publique France.

Cet ouvrage de référence fournit plus de 200 indicateurs. Il permet de décrire les évolutions de l’état de santé de la population et de ses principaux déterminants. Dans cette nouvelle édition, les données régionales et les inégalités sociales de santé occupent une place importante.

Les Français sont globalement en bonne santé... L’espérance de vie est élevée : 85 ans pour les femmes, 78,9 ans pour les hommes, et l’écart entre les sexes se réduit comme dans d’autres pays européens.   

  • La mortalité toutes causes continue à diminuer, pour toutes les classes d’âges, pour les hommes et les femmes. Cette réduction de la mortalité concerne la plupart des maladies chroniques : cancers, maladies cardio-vasculaires, maladies respiratoires, diabète…   
  • La baisse de la mortalité prématurée (décès avant 65 ans) observée depuis 15 ans se poursuit, et la mortalité évitable liée aux comportements à risques continue à baisser notamment chez les hommes.... mais le poids des décès prématurés reste important, et la morbidité par maladies chroniques ne régresse pas . Près d’un décès sur cinq est prématuré . La mortalité prématurée est deux fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes. La mortalité évitable par une réduction des comportements à risques représente 30 % de cette mortalité prématurée, elle est plus de trois fois supérieure chez les hommes comparée aux femmes.   
  • L’incidence des maladies chroniques ne régresse pas, et la prévalence, déjà importante, est en forte hausse, notamment du fait du vieillissement de la population et de l’allongement de l’espérance de vie. 
  • Les inégalités sociales de santé sont présentes à tous les âges de la vie. L’espérance de vie des hommes cadres à 35 ans est de 49 ans, soit 6,4 ans de plus que celle des hommes ouvriers. Les conditions de travail ont un impact fort sur la santé, les risques (exposition aux agents cancérogènes, facteurs de pénibilité) sont inégalement répartis entre les catégories socioprofessionnelles. Les ouvriers et employés sont particulièrement exposés.  

En savoir plus : sur le site de Santé publique France