Une forte corrélation entre niveau de vie et espérance de vie

En février 2018, grâce à l’ajout des données sociofiscales dans l’échantillon démographique permanent, la première étude sur l’espérance de vie par niveau de vie a pu être réalisée par l’Insee. En voici les principaux enseignements.

Sur la période 2012-2016, un homme appartenant aux 5 % des ménages les plus aisés, dont le niveau de vie est en moyenne de 5 800 euros par mois, a une espérance de vie de 84,4 ans. À l’inverse, un homme faisant partie des 5 % des ménages les plus modestes, dont le niveau de vie est en moyenne de 470 euros par mois, a une espérance de vie de 71,7 ans, soit 13 ans de moins. Chez les femmes, cet écart est moins marqué et s’établit à 8 ans entre les plus aisées et les plus modestes.

Toutefois, le gain d’espérance de vie associé à une très légère augmentation de niveau de vie est plus élevé pour les niveaux de vie les plus modestes que pour les ménages les plus aisés. Ainsi, aux alentours d’un niveau de vie de 1 000 euros par mois, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an en plus d’espérance de vie chez les hommes et 0,7 an chez les femmes, tandis que l’écart n’est plus que de respectivement 0,3 an et 0,2 an aux alentours d’un niveau de vie de 2 000 euros par mois.

Pour en savoir plus : Nathalie Blanpain « L’espérance de vie par niveau de vie : chez les hommes, 13 ans d’écart entre les plus aisés et les plus modestes », Insee Première n° 1687, février 2018.

LEXIQUE

L’échantillon démographique permanent (EDP) regroupe les données du recensement pour 1/100e de la population recensée jusqu’en 2007 et 4/100e à partir de 2008. Il recueille également des données de l’état civil (dont les décès), ainsi que des données sociofiscales depuis 2011.

Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité nets, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs.

Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (le premier adulte compte pour 1 unité, chaque personne supplémentaire de 14 ans ou plus compte pour 0,5 unité, chaque enfant de moins de 14 ans compte pour 0,3 unité). Par construction, le niveau de vie des individus résidant dans un même logement est identique pour tous et égal au niveau de vie du ménage auquel ils appartiennent.